Cuba's digital destination

Alicia Leal: mysticisme universel

Alicia Leal: mysticisme universel

Séduits par le mystère et la magie de l’œuvre picturale d’Alicia Leal, les éditeurs de Cuba Absolutely ont visité un matin ensoleillé du mois de juin l’étude-galerie qu’elle partage avec son époux, le peintre Juan Moreira, sise à calle 8 No. 262 entre 11 y 13, dans le quartier El Vedado. Il s’agit d’une demeure spacieuse et lumineuse, d’une grande hauteur sous plafond, aux murs clairs. Les espaces sont délimités par des paravents typiques cubains alors que les meubles sont en bois et en osier. De par son emplacement, tout près de la rue Línea – l’une des principales artères de la capitale – et du parc consacré à John Lennon, l’étude semble être liée à l’œuvre d’Alicia, pleine de symboles universels en symbiose cohérente avec la nature, la mythologie et le tempérament cubains.

Née dans la région centrale de l’île – où les chroniques du XVIe siècle font état de la présence de milliers de démons qui s’emparaient du corps et de l’esprit des habitants épouvantés et de l’établissement d’une importante colonie d’émigrants des îles Canaries qui ont emmené avec eux leurs croyances et légendes -, Alicia reconnaît être débitrice d’une riche tradition populaire qui se traduit spontanément, et non sciemment, dans ses tableaux. Alors qu’elle faisait ses premiers pas dans la peinture, après avoir fini ses études dans l’Académie des arts plastiques de San Alejandro – la plus ancienne de Cuba -, elle a fait des incursions dans l’expressionnisme, mais hélas, sans pouvoir s’exprimer librement. Cette quête d’un style personnel l’a conduite à une manière naïve d’extérioriser un monde intérieur plein de symboles, histoires et désirs de communier avec la nature.

Dans les peintures d’Alicia Leal, où l’utilisation de la couleur, la disposition des plans et le plaisir au moment d’orner tissus, sols et rideaux mettent en évidence l’appropriation de codes des arts plastiques médiévaux et font penser à Matisse, la femme est toujours au premier plan. Elle peut être une figure protectrice, dans le cas de l’image réitérée de la Vierge de la Caridad del Cobre, patronne de Cuba, des marins et des pêcheurs – qui s’assimile à la coquette Oshun des religions afro-cubaines – ; elle peut devenir pietà ailée dans la poignante Muerte de Martí,oùelle soutient le corps de l’apôtre de l’indépendance de Cuba qui part pour l’immortalité ; ou se transformer en être en état d’apesanteur, à la manière de Chagall, qui renvoie à une autre dimension de la représentation. Même dans les séries dédiées au cirque, les femmes font partie d’un microcosme dans lequel le peintre semble identifier, derrière les lumières et les masques du spectacle, des similitudes subtiles avec la société.

Les œuvres d’Alicia ont un caractère narratif marqué ; ses personnages dialoguent intensément non seulement entre eux, mais aussi avec le récepteur qui devient à son tour participant, voire protagoniste des propositions inquiétantes de l’auteure. Sa peinture, profondément subjective, symbolique et exploratrice du subconscient et des rêves, établit une conversation excellente avec le public. Il revient aux critiques de trouver où réside le secret de cette magie ; la clé se trouve peut-être dans l’humanisme profond et la compassion, chargée parfois d’humour, avec laquelle Alicia Leal s’approche des peines et plaisirs de l’aventure quotidienne de rêver et de vivre.


Alicia Leal Veloz (Zaza del Medio, Sancti Spíritus, Cuba, 1957) a terminé ses études dans l’Académie des arts plastiques San Alejandro en 1980. Ses œuvres, qui ont pu être appréciées dans le cadre d’expositions personnelles organisées à La Havane, Matanzas et Sancti Spíritus (Cuba) ; Kuala Lumpur (Malaisie) ; Kingston (Jamaïque) ; Houston (États-Unis), et Berlin (Allemagne) et d’expositions collectives dans de nombreux pays, font partie de collections permanentes et privées du monde entier. Elle a illustré des livres et magazines culturels cubains et étrangers.


Septembre 2014 CET ARTICLE FAIT PARTIE DU NUMÉRO DE Septembre 2014 DE WHAT’S ON LA HAVANE LE MEILLEUR GUIDE CULTUREL MENSUEL DE VOYAGE À LA HAVANE Téléchargez notre dernier numéro de What’s On La Havane, le guide de voyages, de culture et de loisirs le plus complet sur tout ce qui se passe à La Havane, la mystérieuse et grouillante capitale de Cuba. Nous incluons des articles provenant de tous les coins de Cuba écrits par les meilleurs auteurs internationaux de voyage et de culture spécialisés sur Cuba. Notre revue digitale mensuelle en ligne peut aussi être consultée en anglais et en espagnol.


What’s On Havana What’s On La Habana What’s On La Havane September, 2014
English version
Septiembre, 2014
Versión Español
Septembre, 2014
Version Francais
  Free Download   Descarga Gratuita   Telechargement Gratuit

This slideshow requires JavaScript.